top of page

La réciproque engage la recherche par l’échange. Quelque chose circule. Comme une mécanique vivante, l’acte de chercher trouve des voies communicantes, des zones de rencontres. Il y a quelque chose qui circule entre celles et ceux qui pensent et fabriquent. Une manière de faire, une somme de gestes, un usage du paysage ou le bruit d’une histoire - autour de quoi se tenir, sur quoi se pencher. Patiemment, collectivement, quelque chose se met à l’œuvre.

 

Ce qui fonde le projet de la réciproque, c’est un questionnement renouvelé sur notre rapport à ce qui nous entoure et nous lie, à travers les champs de l’art, de l’artisanat, du design et des sciences humaines. Il s’agit de comprendre et d’envisager ce qui façonne nos environnements, quand tout semble faire traces et indices. Alors comment y œuvrer? Quels chemins lapensée et le geste peuvent ouvrir? Quelles formes de relation souhaitons-nous entretenir au monde et comment en imaginer les outils? Faire d’abord expérience puis récit. Comment témoigner et raconter sans figer, sans interrompre l’histoire qui s’écrit? Quelles manières de transmettre peut-on inventer, individuellement et collectivement? Ces questions s’invitent à la source, tendent à prendre part aux prémices d’un projet et à accompagner le processus de création. Ces réflexions cherchent aussi à comprendre les histoires d’un territoire, celles de ses habitant·es et la conservation des savoirs et savoir-faire comme le terreau de formes à venir, de créations nouvelles qui invitent l’échange.

 

En s’installant au Pays Basque en 2020, la réciproque choisit d’inscrire la création contemporaine au cœur d’un territoire où le patrimoine culturel, l’artisanat régional et les territoires transfrontaliers constituent des lieux privilégiés de dialogues. Attentive aux manières sensibles et conscientes d’habiter un environnement, la réciproque travaille à nourrir ces connexions et y cultive des liens de proximité. L’association cherche à créer des rencontres - entre artistes, artisans et designer de tous horizons - et œuvre à partager au public le cheminement de ces collaborations.

 

Sous la forme de résidence, elle propose un espace et un temps choisi pour déployer des réflexions, expérimenter des formes, poursuivre le dialogue. Ces dispositifs veillent avant tout à accompagner des projets de recherches ouverts aux croisements des pratiques et des disciplines. Faire circuler les savoirs et les savoir-faire, penser la transmission et l’échange de techniques comme les outils d’une création vivante, faire ainsi recherche par l’expérience.

 

En lien avec les sciences sociales, l’anthropologie, l’archéologie ou les recherches environnementales, la réciproque se veut proposer un espace de convergence : un lieu où artistes, artisan.es, designers, chercheur·euses, historien·nes, philosophes, écrivain·es, mais aussi habitant.es, associations, enseignant.es, entreprises, et tous les corps de métier, puissent ensemble fabriquer des manières décloisonnées et généreuses de penser la recherche et la création. Ces rencontres basées sur l’échange, ouvrent des perspectives de part et d’autres et rendent possible l’émergence de désirs et de projets communs.  Dans le fil de ces rencontres, la réciproque propose des évènements prenant la forme de la table ronde, du colloque, de la journée d’étude, de l’exposition ou de l’atelier pédagogique. Ce sont autant de formes vives qui cherchent à témoigner du foisonnement des cheminements de la création.

 

La programmation s’étend aussi aux arts vivants, en invitant des danseur·euses, chorégraphes, commédien·nes et musicien·nes : des rendez-vous croisés avec des artistes plasticien·nes qui nourrissent une recherche résolument transdisciplinaire. Toutes ces rencontres - à la maison Gamboia ou au sein de lieux partenaires - invitent le public à découvrir une recherche en cours, une étape de fabrication et à prendre part aux discussions que ces multiples relations engagent.

Texte de Clara Denidet, artiste plasticienne et autrice, 2024.

La réciproque pense et œuvre avec :

Anne-Laure Garicoix

Artiste plasticienne et enseignante,

Anne-Laure Lestage

Commissaire d’exposition, auteure et curatrice,

Arantxa Lannes

Artiste chorégraphique et enseignante

Argitxu Beyrie

Archéologue et apicultrice,

Blanka Gomez de Segura

Artisane

Calypso Debrot 

Artiste plasticienne et cinéaste

Cécile Vignau

Designer et coloriste,

Chloé Braunstein-Kriegel

Critique d'art et auteure,

Christelle Bonnemasson

Ingénieure,

Clara Denidet

Artiste plasticienne,

Clémentine Beth

Comédienne,

David Santandreu

Maitre teinturier,

Dominique Cardon

Directrice de recherche au CNRS,

Eneka Bordato

Danseuse, chorégraphe et professeure,

Fabien Petiot

Designer, historien de l’art et auteur,

Gloria Reiko-Pedemonte

Paysagiste et éditrice,

Grégory Cuquel

Artiste plasticien et enseignant,

Guillaume Bages-Destang

Agronome et jardinier,

Ilazki de Portuondo

Artiste plasticienne,

Ida Soulard

Historienne de l’art, auteure et curatrice,

Julie Laymond

Artiste et commissaire d’exposition,

Jean-Loup Gazzurelli

Docteur en histoire,

Jean-Marc Pecassou

Agriculteur,

José Antonio Azpiazu

Anthropologue et auteur,

Kolet Goyhenetche

Artiste plasticienne et enseignante,

Léon Lachamp

Réalisateur,

Lucile Genin

Artiste performeuse,

Lucie Schneider

Paysagiste et graveuse,

Maxime Morel

Enseignant en histoire de l’art et auteure,

Mayalen Pontaven

Tisserande,

Maylis Raynal

Chanteuse, électroacousticienne et compositrice,

Pauline Castra

Artiste plasticienne,

Raphael Larre

Artiste plasticien,

Sophie Lapalu

Enseignante en histoire de l’art, auteure, critique d’art et commissaire d’exposition,

Xabier Kerexeta

Ethnographe

La réciproque collabore avec :

Amano studio (Bayonne),
Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, 
ASTRE (réseau des arts visuels de la Nouvelle Aquitaine),
COOP, association d’art contemporain (Uhart-Cize),
CRAFT - Centre de Recherche sur les Arts du Feu et de la Terre (Limoges),
Collège Pierre Emmanuel (Pau),
École Supérieure d’Art Pays basque (Bayonne), 
École Jean-Verdun (Hasparren),
École Publique Arrauntz (Ustaritz),
Emmy Martens (photographe),
Fondation d’entreprise Hermès (Paris), 
Ganterie de Saint-Junien,

GORDAILUA, centre de conservation du patrimoine basque (Irun), 

Image-Imatge, centre d’art (Orthez), 
Lin des Pyrénées, association pour la valorisation du lin (Pau),
Lynxter, entreprise 3D (Bayonne),
Maison Joangi (Uhart-Cize), 
Maison Gamboia (Hasparren),
Mairie de la ville d’Hasparren, 
Mairie du village de Saint-Martin-d’Arrossa,
Mairie du village d’Uhart-Cize,  
Matiu Bordato, photographe (Hasparren)
NEKaTOENEa, résidence d’artistes (Hendaye), 
Station V, espace d’exposition (Bayonne),
Villa Madeleine, atelier d’artistes (Boucau), 
Work in process - atelier de création graphique (Pau), 

La réciproque fait partie du Réseau Astre, réseau des arts plastiques et visuels en Nouvelle-Aquitaine, et reçoit le soutien du Ministère de la Culture, de la DRAC Nouvelle Aquitaine, du département des Pyrénées-Atlantiques, de la communauté d’agglomération Pays basque, et de la Fondation d’entreprise Hermès.

L'association a été créé en 2020 par Célia Grabianski, présidente, Charlotte Lévy, co-présidente et Aurélie Hustaix, trésorière.

bottom of page